Archives du mot-clé diary

Divers-épars

Fr, En, Pt

Ce film est une suite de séquences tournées ou trouvées (de – autour des – villes que je fréquente) et qui dans leur montage exposent une fluidité et une continuité qui échappent à la narration. Le montage proposé travaille les séquences selon divers agencements qui respectent le sens possible du film : passage d’un lieu à l’autre, d’un moment à l’autre. Passer, aller d’un po(i)nt à un autre, c’est se transformer, devenir autre. Le film fait appel à des quasi-leitmotive qui relancent le flux et facilitent les transformations diverses de l’épars des sensations. Ce film renoue avec le lyrisme sans pour autant renier le formalisme mais l’utilise autrement, en tenant compte du sens, des sens possibles que produisent les images et leurs enchaînements.

« Musique liquide des passages / sous tous les angles éparpillés / bateau – fontaine – marbre mouillé par une vague perpétuelle et parfois bleue – rives de pierre – pont – temps noirs – poème des glissements au travers des villes. Alban Berg. Silhouette fugace à la fenêtre – ouverte – contre-jour et fer forgé – circulation – leitmotiv – incandescence des tubulures – enchaînement fluide et précis des sensations – diverses / éparses – superbes d’intensité. » Loux.

Son : extrait de Lulu Suite, d’Alban Berg

Œuvre appartenant à une collection privée, aux Archives du film expérimental (Avignon), au Musée National d’Art Moderne (Centre Georges Pompidou) et au Forum des Images (Vidéothèque de Paris).

Divers Epars London

« Glimpse of cities, countryside, rivers. Intriguing, fleeting images of Florence, London and particularly Paris -clearly the filmmaker’s home, so intense is his vision of it, so strong his attraction to its lifeblood, the Seine. The eerie colors of the bateau-mouche floodlights blend with a purely filmic chromatic intensity. The textures, the meticulous montage, the alluring colors, create something of the same celebration of place through provocative artifice found in Christo’s wrapped Pont Neuf (which is fleetingly seen in the film).
Bringing some of Amoroso ’s Roman passion home to the city which inspired the imposing formality of his earlier films, Beauvais begins to merge the two poles of his works. The synthesis is exciting.  » Scott Hammen.

This film is a series of shot or found sequences (about, of cities that I frequent) which, in the editing, display a fluidity and continuity eluding narration. The sequences are shaped by the editing according to various arrangements which respect the film possible direction: passage from one place to another, from one moment to another.
To pass, bridging one point to another, is to transform oneself, become other. The film employs certain leitmotivs which relauch the flow and facilitate diverse transformations of scattered sensations. This film, although renewing lyricism, does not deny formalism which it uses in another manner, while taking into account the meaning/possible meanings produced through linking images and their evocative passage.

Sound : extract from Lulu Suite, by Alban Berg

Film belonging to a private collection, to the Archives du film expérimental (Avignon), to the Musée National d’Art Moderne (Centre Georges Pompidou) and to the Forum des Images (Vidéothèque de Paris)

Este filme é uma serie de seqüências realizadas ou encontradas (sobre as cidades que eu frequento) que, na edição, apresenta uma fluidez e continuidade iludindo a narração. As seqüências são moldadas pela edição de acordo com vários arranjos que respeitem a direção de um cinema possível: a passagem de um lugar para outro, de um momento para outro. Passar, unindo um ponto a outro, é transformar-se, tornar-se outro.

Som extrato de Lulu Suite, Alban Berg.

Amoroso

Amoroso reprend la question du souvenir concomitante au journal filmé. Souvenir de Rome, souvenir de Tivoli mais aussi souvenir du Tivoli de Kenneth Anger, cette séquence pourrait être un hommage ou un pied-de-nez.

« Les gros poids de l’amorce et puis de l’eau, du feu qui jaillissent en gerbes – geysers rougeoyants – des monuments qui basculent – syncopes – tourbillon d’images – carrousel de sensations – éclats teintés de mémoire, intacts et précipités – Rome / Tivoli. » Loux.

villa dora pamfili

« Une analyse plus détaillée de ce premier film va nous permettre de mettre à jour certains des procédés de transformation des images opérés, notamment dans leur passage de la figurabilité à la picturalité, de la fixité à l’impression de mouvement – si tant est que l’on puisse identifier des constantes dans une démarche qui consiste justement à déconstruire tout systématisme.
Le titre (comme souvent à double voire multiple sens) apparaît à l’envers sur l’écran. De cette erreur de montage entre négatif et positif, intégrée comme composante constitutive, le film se révèle envers du vécu, réalité inversée. Cette importance accordée au dédoublement images/réalité, aux effets de miroir et d’inversion, ponctue chacun de ses films et trouve ses derniers développements dans les actuelles expérimentations de dispositifs à multiples écrans.
Le nombre limité de bobines dont yann beauvais disposait pour ce film, certaines en n/b, d’autres en couleur, a vraisemblablement déterminé sa structure presque sans montage, dans laquelle les plans filmés (tous en lumière du jour) et filmés successivement (l’enregistrement doublant le travail de mémoire), s’engendrent les uns les autres. Le film débute en sépia – une couleur dominante des pierres et des représentations de la Rome antique et baroque – obtenue par tirage sur pellicule couleur d’un négatif n/b. En hommage à Eaux d’artifice (1953) de Kenneth Anger, tourné dans les jardins de la Villa d’Este à Tivoli, ces premiers plans sont des variations autour de l’eau jaillissante des fontaines, de la pierre et des végétaux, entre lesquelles s’intercalent l’image fugitive d’un visage. Le parcours dans la ville se poursuit en couleur à travers un foisonnement de plans, qu’il serait vain de tenter de tous les identifier tant ils sont là pour étourdir nos sens.

ducks 2

Si, dans certains cas, l’impression de mouvement est due à de véritables mouvements de caméra sur des façades renaissantes et baroques, sur les Anges du Bernin du Pont Saint-Ange ou les espaces dénudés du forum romain par exemple, la plupart du temps ce sont les variations de rythme dans l’enchaînement des séquences qui créent des effets d’accelération ou au contraire de ralentissement dans le défilement des images. D’autant plus qu’au débit habituel des 24 images/seconde du film – rythme tout à la fois générateur de la fluidité de mouvement apparent des images mais aussi métaphore de la mécanique d’un temps « objectif » qui ne cesse de couler, répétitif sans tout à fait être le même – yann beauvais a préféré un défilement de 18 images/seconde donnant une impression de mouvement plus saccadé. Un effet de discontinuité dans le défilement des images renforcé par des apparitions/disparitions instantanées de plans évoquant les flickers de Paul Sharits.
Loin des images clichées de la Rome touristique, Amoroso est une déambulation libre et personnelle, réalisée à l’occasion d’un séjour prolongé dans une ville que yann beauvais connaît depuis son enfance. Ce film, impressionné autant par l’espace que le temps, évoque la magie du cinéma muet du début du siècle (auquel rendent hommage certains plans resserrés en forme d’iris), quand les images ne renvoyaient non au monde des images mais à celui de la perception. » Muriel Caron in Mouvement n°8

Œuvre appartenant à une collection privée et au Cal Arts (Los Angeles).

« A film sparkling with diamond-like fragments of Italy. A film of passion – passion for places (the landmarks of Rome) passion for the masterworks of experimental film (the evocation of Kenneth Anger’s Eaux d’Artifices through images of the same Tivoli garden fountain), and above all, passion for color (the warmth of roman stone, the deep green of summer vegetation, the rich reds and yellows of the 16mm emulsion itself). After the cerebral rigor of more formal work, a joyous cry from the heart. » Scott Hammen

 

Film belonging to a private collection and to Cal Arts (Los Angeles).

Homovie

homomovie

Piège pour le voyeur, son attente est à chaque fois déjouée, déçue et pourtant toujours il espère…

A kind of diary in two parts. The first part with a boy shaving himself from head to toe, while the second part portrays two boys in drag sort of, having some fun.

Disjet

Film dédié à Miles McKane. Disjet n’est pas à proprement parler un journal filmé, il ne respecte pas la chronologie des événements, il met en situation, en écho des événements.

La plupart du film est en négatif couleur, parfois noir et blanc, conférant aux images une nature particulière : mémoire de l’image à venir. Image qui ne vient que rarement dans sa forme habituelle.

Disjet boys kiss

« Disjet, le reportage filmé d’un voyage, qui ne se préoccupe guère de l’ordre chronologique des événements. Des images de la Côte d’azur des années septante se font l’écho d’images de la même côte dans les années cinquante. Des îles italiennes se retrouvent en mer du Nord. La couleur se mélange au noir et blanc, les positifs aux négatifs, les prises personnelles aux plans trouvés, le tout se fondant en un palimpseste dans lequel le temps et l’espace semblent se multiplier à l’infini. » Willem De Greef

disjet demo

« BEWARE! Cushions and cosy-on-the-sofa can’t cosset you, this ain’t no OUR HOLIDAY slide show: diagonal splice slicing the screen; scene-stealing negative/positive images wrestling their way in from opposite directions; dizzy turquoise fruit blossoming amongst silver leaves, scarlet sky and emerald-edged clouds a backdrop; strange cacti fountain-burst amongst pale violet plants; a wave turned upside down to tumble from overhead like a roof caving in, inside-out spume retracting, scrolled, unfurled; summer showers give golden a whole new meaning; travelling the tune scent length of water spurt; erotic fringes of foam; ti voglio bene, assai assai a sigh; immolation in grey flames like plumped-up pillows of plumes; triumphal arch jives and shimmies, architectural hussy flaunting itself from every angle, CHECK OUT THESE MOVES, would that you could twist so good; strobing bands of color like neon lights flickering in a fever dream; vertical gliding/shuddered horizontal arrivals/mounting, rising,/liquid projectiles/molten water like metallic sap/night/day light beneath a bridge into a tunnel chopped and backtracked never getting there until phew, you’re through. » Sandra Reid

 

This film is dedicated to Miles McKane

« Disjet is a diary which takes on memory, personal and social memory a trace of events which from echo to echo summon up others; and in its way landscapes which lead to distant memories thus call forth some more recent. From a window, others appear; trace of various places of dwelling or transit. The negative allows the memory to form in scattered units; usually the positive is used in filmed diaries (is that not so of reality ,), but, the positive makes visual reference too easily and more readily constitutes the beginning of a narration. With the negative the visions become painterly, formal in one sense, more adequate for the composing elements of memory. These does not exist a tidy memory, one well-defined (order enforced), gathered up, precise. Nothing of all of that, just some scattered fragments, some flights in rhythm. Memory is first of all formal, memory has little to do with stories, subjects… Memory is the power of the lapse of memory. » yb 83